+33 490 162 042 Call us
Facebook About us Français

Search result :auteur:id=842

  • Page
  • / 4

324 pictures found

Weddell seal (Leptonychotes weddellii) and tourists on the pack ice, Dumont d'Urville Antarctic base, Adelie Land, AntarcticaWeddell seal (Leptonychotes weddellii) and tourists on the pack ice, Dumont d'Urville Antarctic base, Adelie Land, AntarcticaWeddell seal (Leptonychotes weddellii) and tourists on the pack ice, Dumont d'Urville Antarctic base, Adelie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431609

Weddell seal (Leptonychotes weddellii) and tourists on the pack

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

During snow storms, Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks, already weakened by lack of food, are even more vulnerable to Skuas predation. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaDuring snow storms, Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks, already weakened by lack of food, are even more vulnerable to Skuas predation. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaDuring snow storms, Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks, already weakened by lack of food, are even more vulnerable to Skuas predation. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431608

During snow storms, Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

"White-out" snowstorm at the Antarctic Dumont d'Urville base, Adélie Land, Antarctica"White-out" snowstorm at the Antarctic Dumont d'Urville base, Adélie Land, Antarctica"White-out" snowstorm at the Antarctic Dumont d'Urville base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431607

"White-out" snowstorm at the Antarctic Dumont d'Urville base,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

In Antarctica Adelie penguins (Pygoscelis adeliae) can be covered with snow during storms. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaIn Antarctica Adelie penguins (Pygoscelis adeliae) can be covered with snow during storms. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaIn Antarctica Adelie penguins (Pygoscelis adeliae) can be covered with snow during storms. Dumont d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431606

In Antarctica Adelie penguins (Pygoscelis adeliae) can be covered

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Study of Adélie penguins (Pygoscelis adeliae) as biomarkers of the marine environment in Adélie Land, by the AMMER program (field: JB Thiebot and Thierry Raclot). Monitoring of pre-flight chicks: blood taken, measurements, weighing, tagging (tesa aleon), Dumont d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, AntarcticaStudy of Adélie penguins (Pygoscelis adeliae) as biomarkers of the marine environment in Adélie Land, by the AMMER program (field: JB Thiebot and Thierry Raclot). Monitoring of pre-flight chicks: blood taken, measurements, weighing, tagging (tesa aleon), Dumont d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, AntarcticaStudy of Adélie penguins (Pygoscelis adeliae) as biomarkers of the marine environment in Adélie Land, by the AMMER program (field: JB Thiebot and Thierry Raclot). Monitoring of pre-flight chicks: blood taken, measurements, weighing, tagging (tesa aleon), Dumont d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431605

Study of Adélie penguins (Pygoscelis adeliae) as biomarkers of

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Adelie penguin colony (Pygoscelis adeliae) in the Dumont d'Urville Antarctic base, Adélie land, AntarcticaAdelie penguin colony (Pygoscelis adeliae) in the Dumont d'Urville Antarctic base, Adélie land, AntarcticaAdelie penguin colony (Pygoscelis adeliae) in the Dumont d'Urville Antarctic base, Adélie land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431604

Adelie penguin colony (Pygoscelis adeliae) in the Dumont

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

French Antarctic base Dumont d'Urville, in Adelie Land, archipelago of Pointe Géologie, island of Petrels. In normal times, the islands of the archipelago are separated by open water in summer. For 2 years, the pack ice has not broken anymore. AntarcticFrench Antarctic base Dumont d'Urville, in Adelie Land, archipelago of Pointe Géologie, island of Petrels. In normal times, the islands of the archipelago are separated by open water in summer. For 2 years, the pack ice has not broken anymore. AntarcticFrench Antarctic base Dumont d'Urville, in Adelie Land, archipelago of Pointe Géologie, island of Petrels. In normal times, the islands of the archipelago are separated by open water in summer. For 2 years, the pack ice has not broken anymore. Antarctic© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431603

French Antarctic base Dumont d'Urville, in Adelie Land,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

From the lookout or "nest of magpie", the second captain of the Astrolabe Julien Duroussy observes high the pack to find the best route to follow to cross and not get stuck. For this he is in constant contact with the captain on the bridge via VHF. Adélie Land, AntarcticaFrom the lookout or "nest of magpie", the second captain of the Astrolabe Julien Duroussy observes high the pack to find the best route to follow to cross and not get stuck. For this he is in constant contact with the captain on the bridge via VHF. Adélie Land, AntarcticaFrom the lookout or "nest of magpie", the second captain of the Astrolabe Julien Duroussy observes high the pack to find the best route to follow to cross and not get stuck. For this he is in constant contact with the captain on the bridge via VHF. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431602

From the lookout or "nest of magpie", the second captain of the

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

A tourist meets a curious baby Subantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) in Amsterdam Island. French Southern and Antarctic LandsA tourist meets a curious baby Subantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) in Amsterdam Island. French Southern and Antarctic LandsA tourist meets a curious baby Subantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) in Amsterdam Island. French Southern and Antarctic Lands© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431601

A tourist meets a curious baby Subantarctic fur seal

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The Marion Dufresne arrives to the emerged crater of St. Paul Island, three days after leaving Kerguelen Islands. French Southern and Antarctic LandsThe Marion Dufresne arrives to the emerged crater of St. Paul Island, three days after leaving Kerguelen Islands. French Southern and Antarctic LandsThe Marion Dufresne arrives to the emerged crater of St. Paul Island, three days after leaving Kerguelen Islands. French Southern and Antarctic Lands© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431600

The Marion Dufresne arrives to the emerged crater of St. Paul

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Astrolabe bow caught in a storm on the way back from Antarctica, and on the way to Australia 5 days North Sea, Southern OceanAstrolabe bow caught in a storm on the way back from Antarctica, and on the way to Australia 5 days North Sea, Southern OceanAstrolabe bow caught in a storm on the way back from Antarctica, and on the way to Australia 5 days North Sea, Southern Ocean© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431599

Astrolabe bow caught in a storm on the way back from Antarctica,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Unloading the Astrolabe by helicopter at the Dumont D'urville Antarctic Base. Serge Drapeau IPEV, Adélie Land, AntarcticaUnloading the Astrolabe by helicopter at the Dumont D'urville Antarctic Base. Serge Drapeau IPEV, Adélie Land, AntarcticaUnloading the Astrolabe by helicopter at the Dumont D'urville Antarctic Base. Serge Drapeau IPEV, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431598

Unloading the Astrolabe by helicopter at the Dumont D'urville

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Unloading of the Astrolabe by helicopter on the Dumont D'urville base. Bust of Paul Emile Victor, Terre Adélie, AntarcticaUnloading of the Astrolabe by helicopter on the Dumont D'urville base. Bust of Paul Emile Victor, Terre Adélie, AntarcticaUnloading of the Astrolabe by helicopter on the Dumont D'urville base. Bust of Paul Emile Victor, Terre Adélie, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431597

Unloading of the Astrolabe by helicopter on the Dumont D'urville

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Detail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, AntarcticaDetail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, AntarcticaDetail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431596

Detail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Detail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, AntarcticaDetail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, AntarcticaDetail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal administration of the Dumont D'urville Antarctic Base. Philately of the TAAF. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431595

Detail of stamps, postmarks and mailpieces at the postal

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

At sea between Crozet and Kerguelen Islands, in the famous "roaring forties". French Southern and Antarctic Lands, AntarctiAt sea between Crozet and Kerguelen Islands, in the famous "roaring forties". French Southern and Antarctic Lands, AntarctiAt sea between Crozet and Kerguelen Islands, in the famous "roaring forties". French Southern and Antarctic Lands, Antarcti© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431594

At sea between Crozet and Kerguelen Islands, in the famous

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Snowstorm blown on Dumont D'urville, Adélie Land, AntarcticaSnowstorm blown on Dumont D'urville, Adélie Land, AntarcticaSnowstorm blown on Dumont D'urville, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431593

Snowstorm blown on Dumont D'urville, Adélie Land, Antarctica

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

An Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) crosses one of the 3 systems of identification and automatic weighing (mass tracker) of the ANTAVIA program, in Dumont d'Urville. Adélie Land, AntarcticaAn Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) crosses one of the 3 systems of identification and automatic weighing (mass tracker) of the ANTAVIA program, in Dumont d'Urville. Adélie Land, AntarcticaAn Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) crosses one of the 3 systems of identification and automatic weighing (mass tracker) of the ANTAVIA program, in Dumont d'Urville. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431592

An Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) crosses one of the 3

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaThe postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaThe postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431591

The postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaThe postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaThe postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists. Each fold requires at least 11 manipulations from the postal manager, between the receipt by the boat and the deposit in the shipping box. Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431590

The postal manager of DDU Xavier stamps folds of philatelists.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Every Saturday, the population of the base participates in the replenishment of the kitchens by making a human chain between the storage shed and the kitchens ... under the curious eye of the Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks waiting for the return of their parent to be finally, too, fed! Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaEvery Saturday, the population of the base participates in the replenishment of the kitchens by making a human chain between the storage shed and the kitchens ... under the curious eye of the Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks waiting for the return of their parent to be finally, too, fed! Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaEvery Saturday, the population of the base participates in the replenishment of the kitchens by making a human chain between the storage shed and the kitchens ... under the curious eye of the Adélie penguin (Pygoscelis adeliae) chicks waiting for the return of their parent to be finally, too, fed! Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431589

Every Saturday, the population of the base participates in the

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Ornithologists of the ANTAVIA / ECOPHY program capture Adélie penguin chicks in order to implant transponders (digital tagging for life in a subcutaneous flea), before their "flight". Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaOrnithologists of the ANTAVIA / ECOPHY program capture Adélie penguin chicks in order to implant transponders (digital tagging for life in a subcutaneous flea), before their "flight". Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, AntarcticaOrnithologists of the ANTAVIA / ECOPHY program capture Adélie penguin chicks in order to implant transponders (digital tagging for life in a subcutaneous flea), before their "flight". Dumont-d'Urville Antarctic Base, Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431588

Ornithologists of the ANTAVIA / ECOPHY program capture Adélie

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The winterers come to recover at the postal management of Dumont d'Urville the highly anticipated parcels sent by their relatives, via the Astrolabe, Terre Adélie, AntarcticaThe winterers come to recover at the postal management of Dumont d'Urville the highly anticipated parcels sent by their relatives, via the Astrolabe, Terre Adélie, AntarcticaThe winterers come to recover at the postal management of Dumont d'Urville the highly anticipated parcels sent by their relatives, via the Astrolabe, Terre Adélie, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431587

The winterers come to recover at the postal management of Dumont

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Unloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, AntarcticaUnloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, AntarcticaUnloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431586

Unloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Unloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, AntarcticaUnloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, AntarcticaUnloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally, mail is one of the first things landed on the boat when it arrives. Today this is done essentially to allow the postal manager time to process the mail that must leave with the boat during the same rotation. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431585

Unloading of the postal mail at Dumont d'Urville. Traditionally,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Bust of Paul Emile Victor on the Antarctic Dumont d'Urville base in Adelie Land, AntarcticaBust of Paul Emile Victor on the Antarctic Dumont d'Urville base in Adelie Land, AntarcticaBust of Paul Emile Victor on the Antarctic Dumont d'Urville base in Adelie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431584

Bust of Paul Emile Victor on the Antarctic Dumont d'Urville base

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion islandThe Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion islandThe Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431583

The Marion Dufresne II is a french research vessel. It is

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion islandThe Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion islandThe Marion Dufresne II is a french research vessel. It is chartered by the TAAF 4 months a year to supply the subantarctic bases of Crozet, Kerguelen and Amsterdam in the Indian Ocean. A few tourists (about fifty per year) have the opportunity to take part of these logistic operations. Reunion island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431582

The Marion Dufresne II is a french research vessel. It is

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Releasing a balloon equipped with a probe measuring atmospheric ozone on the Dumont d'Urville Antarctic Base. The Dumont d'Urville base was built largely for the study of penguins. It was built in the middle of colonies Adélie penguins. Man and penguins therefore rub shoulders daily. Adélie Land, AntarcticaReleasing a balloon equipped with a probe measuring atmospheric ozone on the Dumont d'Urville Antarctic Base. The Dumont d'Urville base was built largely for the study of penguins. It was built in the middle of colonies Adélie penguins. Man and penguins therefore rub shoulders daily. Adélie Land, AntarcticaReleasing a balloon equipped with a probe measuring atmospheric ozone on the Dumont d'Urville Antarctic Base. The Dumont d'Urville base was built largely for the study of penguins. It was built in the middle of colonies Adélie penguins. Man and penguins therefore rub shoulders daily. Adélie Land, Antarctica© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431581

Releasing a balloon equipped with a probe measuring atmospheric

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Crater emerged from St. Paul. French Southern and Antarctic LandsCrater emerged from St. Paul. French Southern and Antarctic LandsCrater emerged from St. Paul. French Southern and Antarctic Lands© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431580

Crater emerged from St. Paul. French Southern and Antarctic Lands

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The two managers of postal stewardship (TA64 - TA 65) in front of the postal management of DDU, Dumont-d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, AntarcticThe two managers of postal stewardship (TA64 - TA 65) in front of the postal management of DDU, Dumont-d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, AntarcticThe two managers of postal stewardship (TA64 - TA 65) in front of the postal management of DDU, Dumont-d'Urville Antarctic Base, Terre Adélie, Antarctic© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431579

The two managers of postal stewardship (TA64 - TA 65) in front of

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Subantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) male on the shore and Marion Dufresne in the background, Amsterdam Island, French Southern and Antarctic LandsSubantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) male on the shore and Marion Dufresne in the background, Amsterdam Island, French Southern and Antarctic LandsSubantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) male on the shore and Marion Dufresne in the background, Amsterdam Island, French Southern and Antarctic Lands© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2431578

Subantarctic fur seal (Arctocephalus tropicalis) male on the

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Petite tortue terrestre née au centre de soins de tortues marines Kelonia et baptisée "Charlie" en hommage à la tuerie de Charle Hebdo à Paris le même jour, La RéunionPetite tortue terrestre née au centre de soins de tortues marines Kelonia et baptisée "Charlie" en hommage à la tuerie de Charle Hebdo à Paris le même jour, La RéunionPetite tortue terrestre née au centre de soins de tortues marines Kelonia et baptisée "Charlie" en hommage à la tuerie de Charle Hebdo à Paris le même jour, La Réunion© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102799

Petite tortue terrestre née au centre de soins de tortues

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Rescue of a sea turtle that weights 200kg on the Juan de Nova island (Eparses Islands, France) by soldiers from the 2nd Regiment of the Gunner Paratrooper of Tarbes while in a sovereignty mission on the island. They have been helped by the only policeman on the island and were asked by Kelonia to follow the egg-laying of the turtle on the island. A group of soldiers are carrying a green turtle to the sea as it has been caught in the rocks while coming back from egg-laying on the beach. Soldiers are taking over from each other every 45 minutes so the french sovereignty of the island can be guaranteed as it is lusted after by Madagascar. The Eparses Islands give France a 640 000 km2 (whereas it's only 44km2 wide) and an amazing natural and conserving patrimony.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Rescue of a sea turtle that weights 200kg on the Juan de Nova island (Eparses Islands, France) by soldiers from the 2nd Regiment of the Gunner Paratrooper of Tarbes while in a sovereignty mission on the island. They have been helped by the only policeman on the island and were asked by Kelonia to follow the egg-laying of the turtle on the island. A group of soldiers are carrying a green turtle to the sea as it has been caught in the rocks while coming back from egg-laying on the beach. Soldiers are taking over from each other every 45 minutes so the french sovereignty of the island can be guaranteed as it is lusted after by Madagascar. The Eparses Islands give France a 640 000 km2 (whereas it's only 44km2 wide) and an amazing natural and conserving patrimony.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Rescue of a sea turtle that weights 200kg on the Juan de Nova island (Eparses Islands, France) by soldiers from the 2nd Regiment of the Gunner Paratrooper of Tarbes while in a sovereignty mission on the island. They have been helped by the only policeman on the island and were asked by Kelonia to follow the egg-laying of the turtle on the island. A group of soldiers are carrying a green turtle to the sea as it has been caught in the rocks while coming back from egg-laying on the beach. Soldiers are taking over from each other every 45 minutes so the french sovereignty of the island can be guaranteed as it is lusted after by Madagascar. The Eparses Islands give France a 640 000 km2 (whereas it's only 44km2 wide) and an amazing natural and conserving patrimony.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102655

Rescue of a sea turtle that weights 200kg on the Juan de Nova

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102654

Since sea turtles have become a protected species and the trade

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Inside of the stomach of a loggerhead sea turtle that weighted 48kgs and who died of internal hemorrhage due to a hook, including 217g of plastic contents. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Inside of the stomach of a loggerhead sea turtle that weighted 48kgs and who died of internal hemorrhage due to a hook, including 217g of plastic contents. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Inside of the stomach of a loggerhead sea turtle that weighted 48kgs and who died of internal hemorrhage due to a hook, including 217g of plastic contents. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102653

Inside of the stomach of a loggerhead sea turtle that weighted

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Preparing the daily individual food portion of every turtle of Kelonia in the Reunion Island. Herbivore, carnivorous, wounded, convalescing or in great shape... every turtle receive a personal treatment in accordance to ts fondnesses and food needs. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Preparing the daily individual food portion of every turtle of Kelonia in the Reunion Island. Herbivore, carnivorous, wounded, convalescing or in great shape... every turtle receive a personal treatment in accordance to ts fondnesses and food needs. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Preparing the daily individual food portion of every turtle of Kelonia in the Reunion Island. Herbivore, carnivorous, wounded, convalescing or in great shape... every turtle receive a personal treatment in accordance to ts fondnesses and food needs. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102652

Preparing the daily individual food portion of every turtle of

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Bernardin is a healer at Kelonia in the Reunion Island, and administer a loggerhead sea turtle a shot. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Bernardin is a healer at Kelonia in the Reunion Island, and administer a loggerhead sea turtle a shot. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Bernardin is a healer at Kelonia in the Reunion Island, and administer a loggerhead sea turtle a shot. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102651

Bernardin is a healer at Kelonia in the Reunion Island, and

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Alain, a healer at Kelonia in the Reunion Island is taking a turtle out of the public aquarium so he can brush her and take the seaweeds that are growing on its shell away. This 206-kg green sea turtle was born in th ecentre in 1989 (26 years old) and named Sandrine. In the absence of their natural commensals, algaes and other parasites tend to develop on sea turtles. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Alain, a healer at Kelonia in the Reunion Island is taking a turtle out of the public aquarium so he can brush her and take the seaweeds that are growing on its shell away. This 206-kg green sea turtle was born in th ecentre in 1989 (26 years old) and named Sandrine. In the absence of their natural commensals, algaes and other parasites tend to develop on sea turtles. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Alain, a healer at Kelonia in the Reunion Island is taking a turtle out of the public aquarium so he can brush her and take the seaweeds that are growing on its shell away. This 206-kg green sea turtle was born in th ecentre in 1989 (26 years old) and named Sandrine. In the absence of their natural commensals, algaes and other parasites tend to develop on sea turtles. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102650

Alain, a healer at Kelonia in the Reunion Island is taking a

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Stéphane Ciccione, manager of KELONIA, putting a recovering turtle in a pool at the health care centre, Reunion IslandStéphane Ciccione, manager of KELONIA, putting a recovering turtle in a pool at the health care centre, Reunion IslandStéphane Ciccione, manager of KELONIA, putting a recovering turtle in a pool at the health care centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102649

Stéphane Ciccione, manager of KELONIA, putting a recovering

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Stephane Ciccione (red tshirt), manager of the KELONIA centre in Reunion Island, carrying a recovering loggerhead turtle in a pool with the help of a nurse. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Stephane Ciccione (red tshirt), manager of the KELONIA centre in Reunion Island, carrying a recovering loggerhead turtle in a pool with the help of a nurse. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Stephane Ciccione (red tshirt), manager of the KELONIA centre in Reunion Island, carrying a recovering loggerhead turtle in a pool with the help of a nurse. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102648

Stephane Ciccione (red tshirt), manager of the KELONIA centre in

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102647

Visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Visitors watching giant tortoises at the KELONIA centre in REunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors watching giant tortoises at the KELONIA centre in REunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors watching giant tortoises at the KELONIA centre in REunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102646

Visitors watching giant tortoises at the KELONIA centre in

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Thierry is guiding the visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thierry is guiding the visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thierry is guiding the visitors in the public part of the KELONIA centre in Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102645

Thierry is guiding the visitors in the public part of the KELONIA

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Visitors in front of the window of the big aquarium at KELONIA centre, Reunion Island? Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors in front of the window of the big aquarium at KELONIA centre, Reunion Island? Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Visitors in front of the window of the big aquarium at KELONIA centre, Reunion Island? Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102644

Visitors in front of the window of the big aquarium at KELONIA

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

One of the nurses from the KELONIA centre in Reunion Island cleaning the window of the big aquarium before the visitors arrive, next to a friendly loggerhead sea turtle, used to being pampered by the nurses. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.One of the nurses from the KELONIA centre in Reunion Island cleaning the window of the big aquarium before the visitors arrive, next to a friendly loggerhead sea turtle, used to being pampered by the nurses. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.One of the nurses from the KELONIA centre in Reunion Island cleaning the window of the big aquarium before the visitors arrive, next to a friendly loggerhead sea turtle, used to being pampered by the nurses. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102643

One of the nurses from the KELONIA centre in Reunion Island

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Leatherback sea turtle displayed at the museum part of the KELONIA centre on Reunion Island, dedicated to raising awareness towards the protection of sea turtles among the population. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Leatherback sea turtle displayed at the museum part of the KELONIA centre on Reunion Island, dedicated to raising awareness towards the protection of sea turtles among the population. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Leatherback sea turtle displayed at the museum part of the KELONIA centre on Reunion Island, dedicated to raising awareness towards the protection of sea turtles among the population. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102642

Leatherback sea turtle displayed at the museum part of the

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

The rescue of a 22-kg sea turtke on Juan da Nova Island (Scattered Islands, France), by soldiers of the 2nd parachute artillery regiment of Tarbes, during a sovereignty mission on the island. Helped by the only policemen in charge of the island and appointed by KELONIA to monitor the turtles' egg-laying on Juan da Nova. The group is carrying a green sea turtle with difficulty, as it was stuck in rocks after having layed her eggs on the beach. Military detachments take shifts every 45 days on San Juan da Nova to assert French sovereignty on this small coral island ( five km by one km), coveted by Madagascar. For France, the Scattered Islands insure both a huge EEZ of 640 000 Km2 (with only 44 Km2 of dry land), and an exceptionnal natural heritage. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.The rescue of a 22-kg sea turtke on Juan da Nova Island (Scattered Islands, France), by soldiers of the 2nd parachute artillery regiment of Tarbes, during a sovereignty mission on the island. Helped by the only policemen in charge of the island and appointed by KELONIA to monitor the turtles' egg-laying on Juan da Nova. The group is carrying a green sea turtle with difficulty, as it was stuck in rocks after having layed her eggs on the beach. Military detachments take shifts every 45 days on San Juan da Nova to assert French sovereignty on this small coral island ( five km by one km), coveted by Madagascar. For France, the Scattered Islands insure both a huge EEZ of 640 000 Km2 (with only 44 Km2 of dry land), and an exceptionnal natural heritage. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.The rescue of a 22-kg sea turtke on Juan da Nova Island (Scattered Islands, France), by soldiers of the 2nd parachute artillery regiment of Tarbes, during a sovereignty mission on the island. Helped by the only policemen in charge of the island and appointed by KELONIA to monitor the turtles' egg-laying on Juan da Nova. The group is carrying a green sea turtle with difficulty, as it was stuck in rocks after having layed her eggs on the beach. Military detachments take shifts every 45 days on San Juan da Nova to assert French sovereignty on this small coral island ( five km by one km), coveted by Madagascar. For France, the Scattered Islands insure both a huge EEZ of 640 000 Km2 (with only 44 Km2 of dry land), and an exceptionnal natural heritage. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102641

The rescue of a 22-kg sea turtke on Juan da Nova Island

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Martial Tricotteux, policeman, conducting his daily surveillance patrol on the small island of Juan da Nova (Scattered Islands), also monitoring the turtles' egg-laying on the behalf of KELONIA centre on Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Martial Tricotteux, policeman, conducting his daily surveillance patrol on the small island of Juan da Nova (Scattered Islands), also monitoring the turtles' egg-laying on the behalf of KELONIA centre on Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Martial Tricotteux, policeman, conducting his daily surveillance patrol on the small island of Juan da Nova (Scattered Islands), also monitoring the turtles' egg-laying on the behalf of KELONIA centre on Reunion Island. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102640

Martial Tricotteux, policeman, conducting his daily surveillance

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Thomas feeding the giant tortoises at the KELONIA centre, in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas feeding the giant tortoises at the KELONIA centre, in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas feeding the giant tortoises at the KELONIA centre, in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102639

Thomas feeding the giant tortoises at the KELONIA centre, in

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Giant tortoise eating at the KELONIA centre in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Giant tortoise eating at the KELONIA centre in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Giant tortoise eating at the KELONIA centre in Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102638

Giant tortoise eating at the KELONIA centre in Reunion Island.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102637

Since sea turtles have become a protected species and the trade

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Bernardin, nurse, preparing the food rations for each turtle at the KELONIA centre in the Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treament according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Bernardin, nurse, preparing the food rations for each turtle at the KELONIA centre in the Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treament according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Bernardin, nurse, preparing the food rations for each turtle at the KELONIA centre in the Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treament according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102636

Bernardin, nurse, preparing the food rations for each turtle at

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Thomas, nurse, preparing the food ration for each turtles and tortoises of the KELONIA centre on Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas, nurse, preparing the food ration for each turtles and tortoises of the KELONIA centre on Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas, nurse, preparing the food ration for each turtles and tortoises of the KELONIA centre on Reunion Island. Herbivorous, carnivorous, injured, recovering, in the best of shape... Each turtle enjoys a personalized treatment according to its needs and food preferences. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102635

Thomas, nurse, preparing the food ration for each turtles and

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tortoises at the KELONIA health care centre are kept inside at night, otherwise they can be stolenSince sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Tortoises at the KELONIA health care centre are kept inside at night, otherwise they can be stolenSince sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Tortoises at the KELONIA health care centre are kept inside at night, otherwise they can be stolenSince sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102634

Tortoises at the KELONIA health care centre are kept inside at

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Thomas, nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in its pen in the public part of the centre. They are kept inside at nighttime otherwise the can be stolen. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas, nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in its pen in the public part of the centre. They are kept inside at nighttime otherwise the can be stolen. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Thomas, nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in its pen in the public part of the centre. They are kept inside at nighttime otherwise the can be stolen. Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102633

Thomas, nurse at the KELONIA health care centre, releasing a

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Stomach contents of a 48-kg Loggerhead sea turtle who died as a result of internal bleeding caused by a hook: 217g of plastic! Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Stomach contents of a 48-kg Loggerhead sea turtle who died as a result of internal bleeding caused by a hook: 217g of plastic! Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.Stomach contents of a 48-kg Loggerhead sea turtle who died as a result of internal bleeding caused by a hook: 217g of plastic! Since sea turtles have become a protected species and the trade of their meat and shell has been banned, the “Ferme Corail” in the Reunion Island, specialized in sea turtle farming for human consumption, reinvented itself in 1997 into turtle’s conservation activities. The structure named “KELONIA” grew and is now dedicated to their protection via a health care center that takes in a large number of injured turtles every week in order to heal them and release them in the ocean – after several weeks of treatment in some cases. Kelonia is also trying to put emphasis on the general public’s awareness. That’s why a museum and aquariums with turtles from all around the Reunion seas were created. And, the turtles, which are living within the aquarium, enable the biologists to go further in their studies of those rare species that are difficult to observe in nature. When released, some turtles are thus equipped with Argos beacons thanks to which we can know their movement in the ocean better and so, refine the protection of their natural environment.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102632

Stomach contents of a 48-kg Loggerhead sea turtle who died as a

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Loggerhead sea turtle with a severely damaged shell, taken in the Kelonia health care centre, Reunion IslandLoggerhead sea turtle with a severely damaged shell, taken in the Kelonia health care centre, Reunion IslandLoggerhead sea turtle with a severely damaged shell, taken in the Kelonia health care centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102631

Loggerhead sea turtle with a severely damaged shell, taken in the

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Nurse administering an injection to an injured Loggerhead sea turtle, at the Kelonia health care centre, Reunion IslandNurse administering an injection to an injured Loggerhead sea turtle, at the Kelonia health care centre, Reunion IslandNurse administering an injection to an injured Loggerhead sea turtle, at the Kelonia health care centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102630

Nurse administering an injection to an injured Loggerhead sea

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Young injured turtle that was taken in a pool of the Kelonia health care centre, Reunion IslandYoung injured turtle that was taken in a pool of the Kelonia health care centre, Reunion IslandYoung injured turtle that was taken in a pool of the Kelonia health care centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102629

Young injured turtle that was taken in a pool of the Kelonia

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Stéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle after its surgery, Reunion IslandStéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle after its surgery, Reunion IslandStéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle after its surgery, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102628

Stéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Stéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle, Reunion IslandStéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle, Reunion IslandStéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph of a turtle, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102627

Stéphane Ciccione, Manager of Kelonia, observing the radiograph

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Nurses taking care of a turtle at Kelonia Turtles protection centre, Reunion IslandNurses taking care of a turtle at Kelonia Turtles protection centre, Reunion IslandNurses taking care of a turtle at Kelonia Turtles protection centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102626

Nurses taking care of a turtle at Kelonia Turtles protection

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Kelonia's outdoor pools, turtles' protection centre, Reunion IslandKelonia's outdoor pools, turtles' protection centre, Reunion IslandKelonia's outdoor pools, turtles' protection centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102625

Kelonia's outdoor pools, turtles' protection centre, Reunion

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Kelonia's outdoor pools , Turtles' portection centre, Reunion IslandKelonia's outdoor pools , Turtles' portection centre, Reunion IslandKelonia's outdoor pools , Turtles' portection centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102624

Kelonia's outdoor pools , Turtles' portection centre, Reunion

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Thomas, a nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in her pen in the public part of the centre, Reunion IslandThomas, a nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in her pen in the public part of the centre, Reunion IslandThomas, a nurse at the KELONIA health care centre, releasing a tortoise in her pen in the public part of the centre, Reunion Island© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2102623

Thomas, a nurse at the KELONIA health care centre, releasing a

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respective© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072329

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Dépose et installation héliportée de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise par une équipe de l'OVPF. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.Dépose et installation héliportée de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise par une équipe de l'OVPF. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.Dépose et installation héliportée de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise par une équipe de l'OVPF. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072328

Dépose et installation héliportée de 13 nouveaux sismomètres

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent le© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072327

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Arrivee au sommet de la tour a flux de la station d'etude INRA de la pinede a pin d'Alep face au changement climatique, situee en foret de Fontblanche. L'echafaudage, qui mesure une vingtaine de mètres de hauteur, est equipe de capteurs meteo et sert a mesurer les concentrations en gaz carbonique immediatement au dessus de la canopee ("Eddy covariance"). Cette station INRA (un quadrat clôturé de 80x80m) a été installee par l'INRA d'Avignon en 2007 et simule une aridification du climat en interceptant 30% des precipitations.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Arrivee au sommet de la tour a flux de la station d'etude INRA de la pinede a pin d'Alep face au changement climatique, situee en foret de Fontblanche. L'echafaudage, qui mesure une vingtaine de mètres de hauteur, est equipe de capteurs meteo et sert a mesurer les concentrations en gaz carbonique immediatement au dessus de la canopee ("Eddy covariance"). Cette station INRA (un quadrat clôturé de 80x80m) a été installee par l'INRA d'Avignon en 2007 et simule une aridification du climat en interceptant 30% des precipitations.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Arrivee au sommet de la tour a flux de la station d'etude INRA de la pinede a pin d'Alep face au changement climatique, situee en foret de Fontblanche. L'echafaudage, qui mesure une vingtaine de mètres de hauteur, est equipe de capteurs meteo et sert a mesurer les concentrations en gaz carbonique immediatement au dessus de la canopee ("Eddy covariance"). Cette station INRA (un quadrat clôturé de 80x80m) a été installee par l'INRA d'Avignon en 2007 et simule une aridification du climat en interceptant 30% des precipitations.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072326

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Amelie Saunier (IMBE-CNRS inspecte un bac a litiere installe dans le sous-bois de la plateforme experimentale de l'O3HP. Ces bacs permettent de recueillir un echantillon des feuilles mortes tombant au sol, afin de les analyser. Plusieurs de ces bacs sont places dans chacune des modalites experimentales (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin), afin de mesurer l'effet de la diminution des precipitations sur le cycle de la matiere au sein de la foret de chene pubescent. La plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) vise a simuler les changements climatiques prevus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Amelie Saunier (IMBE-CNRS inspecte un bac a litiere installe dans le sous-bois de la plateforme experimentale de l'O3HP. Ces bacs permettent de recueillir un echantillon des feuilles mortes tombant au sol, afin de les analyser. Plusieurs de ces bacs sont places dans chacune des modalites experimentales (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin), afin de mesurer l'effet de la diminution des precipitations sur le cycle de la matiere au sein de la foret de chene pubescent. La plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) vise a simuler les changements climatiques prevus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Amelie Saunier (IMBE-CNRS inspecte un bac a litiere installe dans le sous-bois de la plateforme experimentale de l'O3HP. Ces bacs permettent de recueillir un echantillon des feuilles mortes tombant au sol, afin de les analyser. Plusieurs de ces bacs sont places dans chacune des modalites experimentales (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin), afin de mesurer l'effet de la diminution des precipitations sur le cycle de la matiere au sein de la foret de chene pubescent. La plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) vise a simuler les changements climatiques prevus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072325

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) visant a simuler les changements climatiques prévus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) visant a simuler les changements climatiques prévus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Plateforme experimentale de l'O3HP (Oak Observatory at Observatoire de Haute Provence) visant a simuler les changements climatiques prévus en région mediterranenne afin d'en mesurer les impacts sur la foret de chene pubescent, l'un des principaux ecosystemes forestiers mediterraneens. La plateforme se compose de passerelles instrumentees permettant d'acceder a plusieurs strates de la foret, d'un systeme d'exclusion de pluie (baches deroulantes) couvrant la moitie de la parcelle de foret (300m2) qui intercepte 30 à 40% des precipitations, et d'un reseau de capteurs fournissant des informations en temps reel sur les conditions meso et micro-climatiques.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072324

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS), dendro-chronologiste, analyse les cernes d'une carotte de bois de pin d'Alep (Pinus halepensis) a la loupe binoculaire. Il tire de ces mesures une courbe de croissance representant l’evolution de la largeur des cernes au cours de la vie de l'arbre. La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS), dendro-chronologiste, analyse les cernes d'une carotte de bois de pin d'Alep (Pinus halepensis) a la loupe binoculaire. Il tire de ces mesures une courbe de croissance representant l’evolution de la largeur des cernes au cours de la vie de l'arbre. La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS), dendro-chronologiste, analyse les cernes d'une carotte de bois de pin d'Alep (Pinus halepensis) a la loupe binoculaire. Il tire de ces mesures une courbe de croissance representant l’evolution de la largeur des cernes au cours de la vie de l'arbre. La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072323

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS) preleve une micro-carotte sur le tronc d'un pin d'Alep (Pinus halepensis) a l'aide d'une tariere et d'un maillet, dans la foret de Fontblanche. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de station INRA de Fontblanche (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS) preleve une micro-carotte sur le tronc d'un pin d'Alep (Pinus halepensis) a l'aide d'une tariere et d'un maillet, dans la foret de Fontblanche. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de station INRA de Fontblanche (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Frederic Guibal (IMBE-CNRS) preleve une micro-carotte sur le tronc d'un pin d'Alep (Pinus halepensis) a l'aide d'une tariere et d'un maillet, dans la foret de Fontblanche. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de station INRA de Fontblanche (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072322

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Jean-Philippe Orts (IMBE-CNRS) ecorce le tronc d'un chene pubescent en vue d'effectue un micro-carottage, au sein de la plateforme experimentale O3HP. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de la plateforme O3HP (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Jean-Philippe Orts (IMBE-CNRS) ecorce le tronc d'un chene pubescent en vue d'effectue un micro-carottage, au sein de la plateforme experimentale O3HP. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de la plateforme O3HP (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Jean-Philippe Orts (IMBE-CNRS) ecorce le tronc d'un chene pubescent en vue d'effectue un micro-carottage, au sein de la plateforme experimentale O3HP. Cette micro-carotte permettra d'analyser la croissance recente de l'arbre. L'analyse micro-chimique de chaque cerne en laboratoire permettra d'obtenir des indices sur la temperature et la pluviometrie au moment precis ou l'arbre a produit la cerne. Elle permet aussi de determiner la concentration atmosphérique de certains polluants a ce meme moment. Un carottage est effectue tous les 15 jours sur une serie d'arbres identifies et situes dans chacune des modalites experimentales de la plateforme O3HP (zone d'exclusion de pluie, zone d'irrigation, zone temoin). La dendrochronologie permet, entre autres, de reconstituer les changements climatiques passes dans un environnement donne a partir de l’etude des cernes de croissance des arbres. De meme, elle aide a anticiper les effets des changements climatiques prevus sur la croissance des arbres dans un système forestier, et donc a plus large echelle sur des formations vegetales et leur fonctionnement ecologique. Elle permet notamment de renseigner la pluviometrie et la temperature lors de la saison de formation du cerne par l'arbre.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072321

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072320

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Jean-Claude Brunel (Observatoire de Haute Provence), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Jean-Claude Brunel (Observatoire de Haute Provence), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Nicolas Montès (IMBE-CNRS), Jean-Claude Brunel (Observatoire de Haute Provence), Xavier Megal (Observatoire de Haute Provence), et Natalia Rodriguez Ramirez (IMBE-CNRS) testent un procede innovant de mesure de la vegetation a l’aide d’un bras robotise pilote par ordinateur et equipe de deux appareils photos. Ces deux appareils photographient automatiquement, l’un dans la bande rouge de la lumière visible (700 à 900nm), et l’autre dans le proche infra-rouge. Cette operation permet de constituer un modele 3D de la vegetation presente (biovolume par stereoscopie dans le visible), de sa biomasse (infra-rouge, indice NDVI), et du recouvrement par espece (signature infrarouge, NDVI). La repetition periodique de cette operation permettra egalement de mesurer l’evolution dans le temps de tous ces parametres, en comparant les resultats obtenus en conditions climatiques modifiees ou non. Ce procede innovant, utilise pour la premiere fois en ecologie, a ete concu par des ingenieurs et techniciens de l’Observatoire de Haute Provence, en relation avec les chercheurs de l’IMBE-CNRS de Marseille. La plateforme CLIMED permet d’etudier la reaction de la garrigue face aux changements climatiques prevus. CLIMED se compose de 93 placettes de 4 m x 4 m dotees de gouttieres situees à 2,20 m de haut et reparties sur 2 hectares dans la garrigue du massif de l’Etoile dominant la ville de Marseille. Les gouttieres interceptent 40% des precipitations, ce qui simule l’aridification prevue du climat mediterranéen. Chaque dispositif d’exclusion de pluie est place sur une combinaison differente des quatre plantes principales de la garrigue : le chene kermes, l’ajonc de Provence, le ciste blanc, et le romarin. Des capteurs places en terre et au niveau de la vegetation permettent de suivre les conditions micro-climatiques.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072319

LES ECOSYSTEMES MEDITERRANEENS FACE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES.

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent le© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072318

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent le© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072317

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent le© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072316

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent leTirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de l’atmosphère, depuis l'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion, situé à 2200 mètres d'altitude. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent le© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072315

Tirs laser Lidars destinés à analyser certains composants de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, inspecte l'un des tirs lidar effectués cette nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnenNicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, inspecte l'un des tirs lidar effectués cette nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnenNicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, inspecte l'un des tirs lidar effectués cette nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnen© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072314

Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, inspecte l'un des

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et G© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072313

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas Marquestaut, ingénieur de recherche, préparent les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et G© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072312

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, et Nicolas

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, prépare les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnenGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, prépare les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnenGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, prépare les lasers pour les tirs de la nuit. Ces lasers lidar sont destinés à analyser certains composants de l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnen© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072311

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, prépare les

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

La nuit tombe sur l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude sur l’Île de La Réunion. À l’intérieur de la station, les personnels se préparent à effectuer les tirs de lasers lidars quotidiens, réalisés de nuit. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.La nuit tombe sur l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude sur l’Île de La Réunion. À l’intérieur de la station, les personnels se préparent à effectuer les tirs de lasers lidars quotidiens, réalisés de nuit. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.La nuit tombe sur l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude sur l’Île de La Réunion. À l’intérieur de la station, les personnels se préparent à effectuer les tirs de lasers lidars quotidiens, réalisés de nuit. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072310

La nuit tombe sur l’observatoire atmosphérique du Maïdo,

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Michel Metzger, OPAR, analyse les données enregistrées par le spectromètre à transformée de Fourier installé sur le toit de l’observatoire atmosphérique du Maïdo. Cet instrument effectue des mesures des profils de constituants chimiques de la stratosphère à partir de la lumière solaire absorbée par l'atmosphère. L'instrument appartient à l'IASB (Institut d'Aéronomie Spatiale de Belgique). De nombreux instruments de mesure placés sur le toit de l'observatoire permettent en plus d'analyser les concentrations de gaz à effet de serre, d'ozone et de monoxyde de carbone dans l'air ambiant. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, analyse les données enregistrées par le spectromètre à transformée de Fourier installé sur le toit de l’observatoire atmosphérique du Maïdo. Cet instrument effectue des mesures des profils de constituants chimiques de la stratosphère à partir de la lumière solaire absorbée par l'atmosphère. L'instrument appartient à l'IASB (Institut d'Aéronomie Spatiale de Belgique). De nombreux instruments de mesure placés sur le toit de l'observatoire permettent en plus d'analyser les concentrations de gaz à effet de serre, d'ozone et de monoxyde de carbone dans l'air ambiant. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, analyse les données enregistrées par le spectromètre à transformée de Fourier installé sur le toit de l’observatoire atmosphérique du Maïdo. Cet instrument effectue des mesures des profils de constituants chimiques de la stratosphère à partir de la lumière solaire absorbée par l'atmosphère. L'instrument appartient à l'IASB (Institut d'Aéronomie Spatiale de Belgique). De nombreux instruments de mesure placés sur le toit de l'observatoire permettent en plus d'analyser les concentrations de gaz à effet de serre, d'ozone et de monoxyde de carbone dans l'air ambiant. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072309

Michel Metzger, OPAR, analyse les données enregistrées par le

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072308

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072307

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072306

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de l’observatoire atmosphérique du Maïdo, situé à 2200 mètres d’altitude à La Réunion. C’est dans ce laboratoire que sont récoltés et analysés tous les échantillons et mesures atmosphériques effectués par les appareillages installés sur le toit de l’observatoire. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072305

Michel Metzger, OPAR, travaille dans le laboratoire de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatioGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatioGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatio© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072304

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatioGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatioGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observatio© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072303

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. Devant lui le grand téléscope d'1,20m de diamètre. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global AtGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. Devant lui le grand téléscope d'1,20m de diamètre. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global AtGuillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les téléscopes utilisés la nuit lors des tirs de lasers lidar destinés à analyser l’atmosphère. Devant lui le grand téléscope d'1,20m de diamètre. L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global At© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072302

Guillaume Payen, responsable technique de l’OPAR, inspecte les

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire dispose de 4 lasers lidars dont 2 visibles (verts), et 2 invisibles pour l'oeil humain. Trois des lidars sont tirés à la verticale, et un à 45 degrés, destiné à mesurer le vent. (i) Un lidar est dédié à la mesure de la vapeur d’eau avec un grand téléscope de 1,20 m de diamètre et deux lasers couples. (ii) Trois autres LIDARS destinés à la mesure des profils verticaux de paramètres atmosphériques (dont un tiré à 45 degres, afin de realiser des mesures de vent). L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072301

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072300

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des 3 sites de mesure de l'OPAR (Observatoire de Physique de l'Atmosphère de La Réunion), est installé depuis octobre 2012 sur le Piton Maïdo à 2200 mètres d'altitude. Ce laboratoire est doté d'une instrumentation de télédétection active et passive, afin de réaliser sur le long terme des mesure de grande qualité des profils verticaux de nombreuses variables climatiques. Il permet de surveiller les paramètres de l'atmosphère et du climat dans un contexte de changement climatique accéléré, et bénéficie d'une situation uique dans l'hémisphère Sud tropical, où les observations sont extrêmement peu nombreuses. L'observatoire du Maido bénéficie de plusieurs intérêts majeurs. (1) Sa position en latitude pour l'étude des processus de transport stratosphériques. (2) son altitude permet de s'affranchir de la pollution, de l'humidité et de la lumière, et d'améliorer considérablement la qualité des mesures par télédétection pour l'étude de la composition chimique de l'atmosphère. Le bâtiment de l'observatoire du Maïdo répond aux normes HQE et son intégration paysagère est particulièrement soignée. C'est dans le contexte de  participation à plusieurs réseaux internationaux d'observations comme le NDACC (Network for the Detection of  Atmospheric Composition Changes) et GAW (Global Atmospheric Watching) que se positionnent les observations  réalisées à l'OPAR.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072299

L'observatoire atmosphérique du Maïdo à La Réunion (l'un des

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respective© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072298

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectiveÀ l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de l'OVPF à Bourg Murat, Philippe Kowalski, volcanologue ingénieur de recherches et directeur adjoint de l’OVPF, surveille l'activite du Piton de la Fournaise. Il suit ainsi les enregistrements en continu d'un réseau de stations installées sur l’ensemble du massif volcanique. GPS, caméras, inclinomètres, mesures des émissions de gaz et une cinquantaine de sismomètres enregistrent les moindres sursauts du monstre, et permettent ainsi aux volcanologues d'anticiper les éruptions et d'alerter la préfecture et les populations en cas d’éruption du volcan. Toutes les données d'enregistrement réalisées dans le massif du volcan sont centralisées ici et relayées sur grand écran sous forme de graphiques et de cartes, afin d'aider à la prise de décisions. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respective© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072297

À l’aide des moniteurs de la salle «  de crise  » de

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Philippe Kowalski, ingénieur de recherche et directeur adjoint de l'OVPF (IPGP CNRS) participe à l'installation de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. Le sismomètre proprement dit, est fixé sur dalle en béton profondément coulée dans la lave solidifiée du volcan. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.Philippe Kowalski, ingénieur de recherche et directeur adjoint de l'OVPF (IPGP CNRS) participe à l'installation de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. Le sismomètre proprement dit, est fixé sur dalle en béton profondément coulée dans la lave solidifiée du volcan. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.Philippe Kowalski, ingénieur de recherche et directeur adjoint de l'OVPF (IPGP CNRS) participe à l'installation de 13 nouveaux sismomètres sur le cône principal du Piton de la Fournaise. Ce nouveau réseau d'instruments va permettre de mesurer et de suivre les éboulements qui ont lieu dans les cratères Dolomieux et Bory. Le sismomètre proprement dit, est fixé sur dalle en béton profondément coulée dans la lave solidifiée du volcan. L'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a deux missions principales. (1) La recherche sur le fonctionnement et l'evolution des volcans, et (2) la surveillance de l'activité du Piton de la Fournaise avec le suivi des éruptions et des coulées de laves. L'OVPF dispose d'un réseau de nombreuses stations d'enregistrement situées sur l'ensemble du massif du volcan : sismicité, géochimie (émissions gazeuses de CO2, SO2, H2O), déformations géodésiques (inclinometres, GPS, extensomètres, distancemètres), imagerie (visible, IR thermique). Ces stations envoient leurs données en temps réel par signal radio à l'OVPF, situé a 15 Km du cratère principal. L'OVPF surveille donc les moindres sursauts du volcan 24/24h et 365 jours par an, et sait prédire ses éruptions plusieurs semaines à l'avance, sans toutefois pouvoir en déterminer la date et l'heure éxacte. Il gère un total d'environ 100 instruments répartis sur 35 sites du massif du volcan. Les analyses de l'OVPF se font en couplant les mesures de ces différentes techniques de détection, qui se complètent mutuellement en compensant leurs limites respectives.© Thibaut Vergoz / BiosphotoJPG - RMNon exclusive sale

2072296

Philippe Kowalski, ingénieur de recherche et directeur adjoint

RMRight Managed

JPG

LightboxDownload low resolution image

Next page
1 / 4

Your request is processing. Please wait...

Galleries General conditions Legal notices Photographers area





Your request has been registered.

To use this feature you must first register or login.

Log in

To organize photos in lightboxes you must first register or login. Registration is FREE! Lightboxes allow you to categorize your photos, to keep them when you sign in and send them by email.

Log in

A Biosphoto authorization has to be granted prior using this feature. We'll get in touch shortly, please check that your contact info is up to date. Feel free to contact us in case of no answer during office hours (Paris time).

Delete permanently this lightbox?

Delete permanently all items?



The lightbox has been duplicated

The lightbox has been copied in your personal account

Your request has been registered. You will receive an e-mail shortly in order to download your images.

You can insert a comment that will appear within your downloads reports.





Your lightbox has been sent.

In case of modification, changes will be seen by your recipient.

If deleted, your lightbox won't be avalaible for your recipient anymore.